»
actualité
26.04.2018
Les méthodes du groupe Boas décriées
Douze employés du centre thermal d’Yverdon dénoncent des conditions de travail insoutenables, révèle «24 heures». Ces accusations font écho au départ de la directrice d’Aquatis, elle aussi très critique face aux pratiques du groupe Boas.

Le départ précoce de l’ancienne directrice d’Aquatis Angélique Vallée-Sygut fin décembre a ouvert une brèche. Alors que certains l’accusaient de mobbing, elle s’était rapidement défendue fin mars en mettant en cause les pratiques du groupe Boas, son ex-employeur. Hier, c’était au tour de douze employés du Centre thermal d’Yverdon, également propriété du groupe Boas, de dénoncer «des conditions de travail délétères et des licenciements en cascade», révèle le journal «24 heures». Ils dénoncent des pressions, du mobbing, des licenciements injustifiés, des cahiers des charges impossibles à tenir, des nouveaux contrats peu avantageux.

70 personnes licenciées en un an
La reprise fin 2015 du centre thermal et de l’hôtel de Bains par le groupe Boas ne semble pas faire que des heureux. D’après les sources du quotidien, «en un an, quelque 70 personnes ont été licenciées, fait un burnout, ou ont démissionné». Rappelons qu’en moins de trois ans, le complexe a connu trois directeurs différents: Guy Lindt (engagé par le précédent exploitant), Nello Russo, qui a été remplacé depuis le début de l’année par Christian Kramer.

Le climat de travail se serait fortement dégradé depuis l’arrivée du groupe «qui cherche à maximiser les profits», affirment plusieurs employés. A l’image de ce témoignage: «J’ai travaillé au centre durant plus de quinze ans. Je n’ai pas eu le moindre problème avec l’ancienne direction. […] Dès l’arrivée du groupe Boas, mon travail était critiqué tous les jours, avec des attaques mesquines. Je terminais souvent mes journées de travail en pleurs. Lorsque j’ai été renvoyée, pour restructuration, ça m’a presque soulagée.» Le nouveau contrat de travail prétériterait également les employés. Ils déplorent une semaine de vacances en moins et une baisse de leurs cotisations à la caisse de retraite.

Le groupe Boas ne commente pas
Bernard Russi, PDG du groupe Boas, n’a pas souhaité commenter ces accusations. Son porte-parole Alexandre Prior met en avant les ambitions du groupe de redresser un établissement déficitaire. Il reconnaît les effets de la reprise et le changement du mode de fonctionnement: «En passant d’une gestion communale à privée, il était évident que certaines habitudes devaient changer.» Il affirme que la direction n’est pas au courant des problèmes relevés par le personnel. Et d’interroger: «SI la situation était aussi grave que ce que semblent assurer certaines personnes, pourquoi ne pas saisir les prud’hommes?» (htr/lb)

  
aktuelle Ausgabe der htr

» epaper
» abo
» archiv
» mediadaten

Die htr erscheint neu 14-täglich.

hoteljob.ch - Stelleninserate

hoteljob.ch das Stellenportal für die Hotellerie, Gastronomie und den Tourismus mit monatlich über 410‘000 Seitenzugriffen.

Aktuelle Jobs auf hoteljob.ch:
htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien